Fr  
/
 EN  

Notre blog

5 avantages de la co-création

18/6/2019

Datant du début des années 2000, le concept de co-création a révolutionné la manière dont les entreprises conçoivent leurs produits ou services. Plutôt que d’envisager la relation client de manière linéaire, elles entrent de plus en plus dans une logique circulaire dans laquelle les clients ont un réel impact sur leur travail. Il ne s’agit pas que de récolter un avis en fin de parcours pour évaluer la réalisation à posteriori. La co-création, c’est bien plus que cela !


La marque Lego a lancé il y a 10 ans sa plateforme de co-création appelée Lego Ideas. Grâce à elle, les fans de la marque peuvent soumettre leurs idées de créations et demander aux gens de choisir via un vote laquelle sera effectivement produite. Cette stratégie d’innovation (on parle d’open innovation) est intéressante car elle permet de répondre précisément aux envies des clients. L’avantage pour le créateur sélectionné, c’est qu’il reçoit un pourcentage des recettes générées, se voit crédité dans le livret du produit et reçoit 10 exemplaires de sa création gratuitement. Toutes les parties prenantes à la co-création sont ainsi gagnantes.


Ci-dessous, nous passons en revue les différents avantages que vous pourrez retirer d’un tel processus de collaboration.

1. S’assurer de la réussite de son projet

L’avantage le plus évident, c’est bien sûr l’optimisation de ses chances de réussite. Co-créer, c’est faire appel au client ou à l’utilisateur final afin de rendre son projet, son produit, son service aussi proche de la perfection que possible. C’est donc en toute logique que ce processus s’inscrit en tête de liste lorsqu’on évoque les meilleurs moyens d’y arriver. En effet, l’un des objectifs principaux de la co-création est de ne jamais perdre de vue l’objectif attendu initialement par le client ou l’utilisateur final. En ayant régulièrement recours à des batteries de tests, en confrontant les cibles aux différentes itérations produites sur base des précédents feedbacks et instructions, il sera possible de se rapprocher toujours plus de la version idéale, celle qui correspond à 100% aux attentes formulées par le client.

2. Une fluidification du processus de production


Une co-création réussie nécessite que cette collaboration se fasse à chaque étape du projet. Celui-ci est donc structuré de manière bien précise, avec des moments prévus en amont pour permettre un retour régulier du client. Cette procédure induit une fluidification du processus de production, facilitant le travail de l’entreprise et permettant au client de se sentir impliqué et écouté.
Une première rencontre avec le client servira à cerner ses besoins ou ceux de ses cibles. Sur base de cette première entrevue, l’entreprise peut alors émettre une idée, qui, si elle séduit, sera transformée en premier prototype. Selon les besoins du client, des tests peuvent alors être menés en interne ou en externe. Par le client, ou l’utilisateur final, la cible-même du client. Ensuite, lorsque les tests sont terminés, le feedback obtenu de cette étape permet à l’entreprise prestataire d’effectuer les modifications jugées nécessaires. Les questions à se poser sont diverses : est-ce que le produit est bien utilisé ? Est-ce que son utilité est bien perçue ? Qu’est-ce que l’utilisateur en a retenu ? Après avoir répondu à ces questions, on peut alors se lancer dans les ajustements à effectuer sur le produit/service afin d’en réaliser une version plus proche de ce que souhaite l’utilisateur, tout en restant en accord avec les désirs du client.

Un groupe de personnes en pleine réunion

3. Une meilleure connaissance de ses clients


Comme expliqué ci-dessus, le dialogue entre les différentes parties permet un échange utile de connaissances. Cela permet d’une part à l’entreprise prestataire de toujours garder à l’esprit les besoins et envies du client, mais également de mieux le connaître lui-même, ou ses utilisateurs finaux. Une confiance mutuelle peut ainsi s’installer, facilitant des rapports harmonieux qui garantissent une collaboration sans accroche. Du point de vue du client, c’est également quelque chose de rassurant. Savoir qu’il est écouté et qu’il a un véritable impact sur le travail réalisé lui permet d’avoir l’assurance que son projet est sur les bons rails et qu’il ne gaspille pas son argent. En prenant part à la co-création, toutes les parties sont ainsi gagnantes.

4. Un moyen efficace de se renouveler


La co-création est également un excellent moyen d’innover en tant qu’entreprise. Plutôt que de se reposer sur ses acquis, impliquer le client ou les utilisateurs finaux dans le processus de réalisation d’un projet permet de penser différemment, « think out of the box » comme on dit. Sortir des sentiers battus et de sa zone de confort est souvent ce qui fait la différence et ajoute une vraie plus-value à un projet. Bien souvent, les entreprises qui ne fonctionnent pas dans une logique de co-création réutilisent les mêmes procédés d’idéation. Le brainstorming est fermé et tout se fait en interne, ce qui a tendance à asphyxier la créativité. Elles ont donc tout intérêt à avoir une solide équipe créative pour éviter d’en arriver là. Au contraire, confronter ses propres idées au monde extérieur va stimuler l’inspiration. Les clients ou utilisateurs finaux sont une source inépuisable d’idées, qu’il faut ensuite trier, analyser, retravailler pour ensuite intégrer au projet si elles sont jugées adéquates.

5. Réaliser des économies


Enfin, l’un des grands avantages de la co-création à la fois pour une entreprise prestataire et pour son client, c’est le fait de réaliser des économies non-négligeables. Le feedback régulier planifié en amont fait en sorte que le projet ne doit pas être balayé et repris depuis le début (parfois plusieurs fois), ce qui en plus de faire perdre de l’argent, ferait perdre un temps précieux. Co-créer, c’est optimiser l’ensemble de ses ressources, en s’appuyant sur ce qui a été réalisé plus tôt pour l’améliorer grâce à l’avis constructif du client.


Dans un prochain article, nous nous attarderons sur l’intérêt d’instaurer une procédure de co-création dans le cadre d’un projet de serious-game.

3) Gain de temps et d’argent

La Réalité Virtuelle dans la formation

Cette technologie permet d’essayer des métiers avant d’entamer de longues études où le terrain n’arrive que loin dans le cursus. Prenons le cas de l’archéologie où il est nécessaire de faire 5 ans d’études pour devenir archéologue. Comme dans beaucoup d’études universitaires, les stages n’arrivent pas avant la 4e année. Toutefois, attendre 4 ans pour se rendre compte que fouiller à genoux dans la poussière est un métier que l’on n’envisage pas pour soi peut s’avérer quelque peu frustrant.

Outre le fait de simplement essayer un métier, un recruteur peut aussi rapidement se rendre compte qu’un postulant ne peut pas convenir au métier, que ce soit par exemple pour des raisons de vertige pour un peintre en bâtiment, de précision pour un chirurgien ou de son pour un régisseur de concert.

En ce qui concerne le coût à proprement parlé, une fois le matériel acheté et le programme développé, vous pouvez recréer l’expérience autant de fois que vous le souhaitez, et ce sans mobiliser un formateur ou un collègue qui serait obligé de former le nouveau venu aux dépens de son propre job.
Il vous suffira de placer l’apprenant dans une pièce avec son casque et à lui de jouer...

Vous avez comme projet d'utiliser cette technologie pour former vos employés ?

Hellion Cat vous accompagne dans la réalisation de ce celui-ci.

Contactez-nous afin d'en discuter !

Vous souhaitez collaborer avec nous ? Vous avez besoin de plus d'informations ?

Discutons de votre projet
Retourner au blog

Notre blogDécouvrez nos autres articles !

6 exemples de serious game pour la formation

À l’ère du tout numérique, de plus en plus d’entreprises envisagent la dématérialisation de leur offre de formation. Blended learning ou e-learning sont souvent les solutions privilégiées. Mais le serious game constitue une alternative favorisant grandement l’engagement de l’apprenant, pouvant même dans certains cas proposer un environnement de test pratique sécurisé. Voici 6 exemples de marques ayant eu recours au serious game avec succès pour la formation de leur personnel.

3 exemples de serious game dans le recrutement

Dans un précédent article, nous vous expliquions en quoi le serious game représentait un moyen intéressant pour pallier 5 problèmes du recrutement traditionnel. Voyons maintenant 3 exemples concrets de serious games utilisés pour le recrutement.

Les 5 problèmes du recrutement que le serious game peut corriger

Le processus de recrutement peut se montrer extrêmement complexe pour une entreprise. Les problèmes qui y sont liés sont en effet nombreux. Dans cet article, nous abordons 5 problèmes du recrutement traditionnel qui peuvent être palliés par l’utilisation d’un de ces jeux sérieux.